Voyager en sécurité

 

« T’as du courage ».

« C’est craignos ce pays ».

« Une fille seule ? T’es folle ».

J’ai entendu ces phrases des dizaines de fois…

 

Ce serait un mensonge que de dire que je n’ai jamais eu peur en voyageant seule.

Il m’est arrivé quelques désagréments depuis le début de mon périple : Ma carte de crédit a été volée en Indonésie, J’ai failli me faire violer en Inde et j’ai été suivie au Guatemala…

Mais je refuse de stigmatiser tel ou tel pays à cause des agissements de quelques cons individus isolés et, plus que jamais, je suis convaincue que l’Homme avec un grand H est bon.

 

Toutefois, lorsqu’on voyage seul, et particulièrement lorsqu’on est une fille, la prudence est de mise !

 

Après plus de 7 mois de voyage solo, je vous livre mes astuces pour éviter les pépins.

 

 

Avant que les problèmes ne surviennent :

1/ Se faire des potes de voyage

2/ Détendre l’atmosphère : plaisanter, rire, jouer avec les enfants…

3/ Nouer contact :

  • Parler la langue du pays,
  • Demander la traduction d’un mot,
  • Demander son chemin,
  • Offrir un biscuit, une cigarette…

4/ Ne porter aucun objet de valeur voyant,

5/ Se renseigner sur les quartiers « craignos », les vêtements à porter et les horaires à respecter pour sortir seul en toute sécurité.

 

En cas de danger :

1/ Savoir dire « A  l’aide » dans langue du pays,

2/ Se rapprocher d’un hôtel, d’un magasin, restaurant…

3/ Faire semblant de téléphoner,

3/ Demander à être ®accompagné,

4/ Faire du bruir, attirer l’attention

5/ Courir

 

 

L’projet

 carte

.

.

Qui ?

Mon sac à dos, mes baskets et moi (et deux ou trois autres bricoles).

Quand ?

Un aller simple en juillet 2016 pour un voyage de 25 mois (si tant est qu’il y ait un retour).

Où ça ?

32 pays, en commençant par l’Asie, puis l’Océanie, l’Amérique latine, centrale et du nord, pour finir par l’Afrique.

Comment ?

Tous les moyens sont bons… Bus, train, dos de dauphin, vélo, stop, pigeon voyageur, deux-roues, bateau, avion, cheval…

 

 

Qui est Nomad Bird ?

Une jeune trentenaire à la date du départ (j’accorde une importance capitale au « jeune », hein !)…

…qui a étudié 6 ans, a entamé une carrière professionnelle à Paris…

…pour finalement tout plaquer !

.

Le déclic ?

Ça c’est la grande question !

Des rencontres, de nombreux voyages (trop courts) et le refus catégorique de passer ma vie (parait qu’on en a qu’une) les fesses vissées sur une chaise devant un ordinateur (à faire des tableaux excel qui plus est).

… Et cette phrase essentielle : « Moins de biens, plus de liens ».

.

Pourquoi partir (seule) ?

  • Pour repousser mes limites mentales et physiques (ces dernières se montrent parfois coriaces).
  • Pour voir le maximum des merveilles que notre planète nous offre.
  • Pour aider ceux qui sont ici ou là-bas et voir se dessiner des sourires d’enfants.
  • Pour apprendre des autres, découvrir des cultures et m’y fondre (Frédéric Lopez, sors de ce corps !).
  • Partir seule aussi pour ne jamais l’être vraiment et rencontrer d’autres nomades.
  • Partir seule pour être libre de décider moi-même du « où, quand, comment » (liberté, liberté chérie).