L’Inde

  Rickshaw, Sari et Taj Mahal

 

 

____________________

 

J’avais été prévenue, l’Inde se mérite et ne laisse personne indifférent. Pour ma part, ce pays m’a séduite mais pas que… Bref l’Inde ne m’a pas laissée de marbre et j’en garde un avis toutefois assez contrasté…

Mais la grande fautive… c’est moi, car j’y ai passé 3 semaines en saison de pleine mousson… Ce qui veut dire : principaux site fermés et k-way de survie obligatoire. L’idée du siècle en clair !

 

 

Où et quand ?

 

L’inde ce n’est pas le Sri Lanka ou le Vietnam ! Quand il pleut, il pleut partout (ou presque) et tout le temps. Si vous y êtes en période de mousson, il vous sera très difficile de trouver un coin au sec. Pour ma part j’y ai passé 3 semaines quasiment tout le temps sous la flotte. De plus, en « basse saison », de nombreux sites et parcs naturels sont fermés… Autant dire que je reviendrai en Inde, mais certainement pas en plein été !

De nombreux indiens m’ont conseillée de venir entre mars et mai, ils sont sûrement plus calés que moi en la matière…

Vous pourrez ainsi pleinement explorer les forêts et réserves naturelles, profiter de la plage et déambuler dans les grandes villes sans être trempés jusqu’aux os.

 

_____

 

 Combien ?

 

  • Hébergement :

L’Inde c’est « cheap, very cheap price Ma’am » ! Certes, j’ai eu du mal à y trouver des auberges de jeunesses mais à moins de 10 € la chambre mon budget était respecté. Au total, j’ai dépensé 120 € pour 16 nuitées en guesthouse (j’ai été hébergée 4 nuits chez des compagnons de voyage à Mysore).

Détail positif qui peut avoir son importance : Les villes indiennes sont très sales, mais les hôtels indiens où j’ai pu me rendre étaient tous impeccables !

Autre détail pour les voyageurs solo : précisiez toujours que vous souhaitez seulement une « single room », le prix peut ainsi être largement réduits.

 

_____

 

  • Nourriture :

Peu de restaurants sont ouverts hors saison. Alors de deux choses l’une : se ruer sur le premier resto ouvert ou opter pour la « bouffe de rue ». Certes, cette dernière n’est pas toujours la plus appétissante et votre scepticisme sur le respect de la chaîne du froid est sans doute justifié, mais je n’ai jamais été malade (à part quelques ballonnements solitaires) !

Les plats varient tellement en fonction des régions et même des villes que je ne saurais quoi conseiller. Juste de goûter à tout ! Et au pire, si ça ne vous plait pas, vous n’aurez pas dépensé des sommes folles, soyez rassurés.

 

Pour 20 jours je m’en suis sortie avec un budget de 200 € tout compris, soit environ 10 € par jour et cela représente ma plus grosse dépense.

 

_____

 

  • Transport :

Avion :

En saison, pensez à réserver tôt, car les prix grimpent très vite, surtout pour un voyage à la période des fêtes de fin d’année. Comptez environ 500 € pour un aller-retour depuis Paris.

L’Inde est si immense que les vols internes peuvent valoir le coup. Mais là aussi réservez au moins 10 jours avant sous peine de voir s’envoler plus d’une centaine d’euros pour moins de 2 heures de trajet.

Un conseil très important : l’Inde nécessite un visa ET un billet de retour (avion hein ! Le bus ou le train n’est pas suffisant), pensez-y sinon vous serez refoulés sans ménagement. De plus, en Inde (comme au Sri Lanka), l’accès à l’aéroport est strictement réservé aux détenteurs d’un billet. Ainsi, sans billet papier, électronique ou à minima un document (mail…) attestant que vous avez bien booké un vol, on ne vous laissera pas pénétrer à l’intérieur de l’aéroport ! Je vous passe les détails de la colère noire dans laquelle cela m’a mise à plusieurs reprises…

 

Train :

En Inde un trajet en train est une expérience à part entière ! Même s’il est difficile de réserver via Internet car c’est un schmilblick sans fin, vous pouvez vous rendre aux gares pour y acheter un billet à condition que ce ne soit pas pour le jour même, sinon c’est à vos risques et périls. Par rapport aux trains que j’ai pu prendre au Sri Lanka, les trains indiens sont beaucoup plus spacieux et confortables, vous pourrez y roupiller sans soucis si vous êtes en première classe. Pour avoir un ordre d’idée des prix : pour 6 heures de trains en première classe j’ai payé 6 €.

 

Bus :

Des bus, il y en a en veux-tu en voilà ! Certaines villes comptent d’ailleurs plusieurs gares routières. Cela va du bus couchette au bus local en passant par toutes les catégories intermédiaires. Comme au Sri Lanka, prévoyez des boule Quies, mais pour les klaxons incessants cette fois.

Petite précision qui fait plaisir : Alors qu’on m’a présenté l’Inde comme peu sécurisée en termes de vol de bagages, à aucun moment je n’ai ressenti cela, au contraire et rien n’a été volé au cours de mes nombreux trajets en bus. Restez prudents certes, mais ne devenez pas paranos !

 

Rickshaw :

Certains sont de vrais escrocs et s’emportent facilement dès que vous tentez de négocier un prix ! Mais c’est le jeu ma pauvre Lucette ! Alors n’abandonnez pas la négo et essayez de vous greffer à des locaux ou touristes surtout si vous devez vous rendre ou revenir d’une gare.

 

 

 _______________________

 

  • Excursions et sites payants :

Malheureusement aucune réserve naturelle n’était ouverte lors de mon voyage. Je me suis consolée – ou presque – en faisant d’autres excursions, (en grande partie sous la flotte).

A Kochi, vous pourrez facilement explorer des backwaters (réseau de fleuves et de rivières frangés de mangroves). Il parait qu’ils sont plus beaux en descendant encore plus au Sud du Kerala (vers Appeley) mais pour ma part j’en ai pris plein les yeux pour 9 €, ballade, déjeuner et transport compris.

Munnar est un site époustouflant, ou les collines s’harmonisent parfaitement avec les immenses plantations de thé. Prenez un guide et choisissez un trek de plus de 5 heures pour pouvoir pleinement vous émerveiller de ces paysages. Je souhaitais initialement faire ce trek seule mais on me l’a fortement déconseillé et j’ai vite compris que sans un guide indien je me serai perdue à tout jamais ! Ma survie ne m’aura couté que 9 €.

Toujours dans le Kérala, la région du Wayanad (autour de Kalpetta) compte de nombreux parcs naturels et également des chutes d’eau époustouflantes. Certaines sont plus difficiles d’accès que d’autres et il vous faudra vous acquitter d’environ 2 € à l’entrée, mais ça vaut le détour !

Enfin, l’indétrônable Taj Mahal, à Agra, est absolument à faire même si l’entrée pique un peu (14 €). Son mausolée est aussi bluffant par la blancheur éclatante de son marbre que par sa symétrie parfaite. Les jardins du Taj Mahal sont entretenus à la brindille près et les fontaines complètent à la perfection le tableau de leur bleu cristallin.

 

_____

 

 

Sécurité 

 

Quand on est une voyageuse en Inde, on s’attend au pire… Quand on est une voyageuse solo c’est encore pire. Certes, les indiens (et les indiennes) vous regardent avec beaucoup d’insistance mais je n’ai pas perçu ces regards comme étant malsains. Selon moi il s’agit plus d’une curiosité. Ce n’est pas tous les jours qu’ils voient débarquer une occidentale toute seule avec un 80 litres sur le dos dans un bus public bondé et sans clim. Aussi, je vous conseille de porter une (fausse) alliance, de vous couvrir les épaules et les jambes et de vous faire discrète, mais pas trop. Ne baissez pas le regard lorsque vous croisez dix paires d’yeux en train de vous fixer. Discutez avec les indiens et indiennes qui vous sourient et jouez avec les enfants. Ce comportement à l’art de détendre l’atmosphère et de provoquer parfois quelques fous rires.

Concernant vos affaires, gardez toujours (même aux wc) votre passeport et vos biens de valeur sur vous (ordinateur, téléphone, carte bleue, argent…). Néanmoins, je ne me suis jamais sentie inquiétée et on m’a même couru après pour me rendre un stylo qui était tombé de ma poche.

Cela dit, j’ai rencontré un seul problème, à Goa lorsque, en rentrant d’un bar pour rejoindre ma guesthouse (à 100 mètres) un des serveurs m’a couru après et s’est jeté sur moi pour me peloter les seins ! Ce sont les « risques du métiers » me dira-t-on, en tout cas on ne m’y reprendra plus : passé 22 heures déplacez-vous toujours accompagnée ou en taxi/rickshaw.

 

_______________________________

 

 

Récapitulatif des frais pour 20 jours, par personne :

Avion A/R : 500 €

Hébergement : 125 €

Nourriture : 200 €

Visites payantes : 40 €

Transports : 130 €

Taxes / Visa : 50 €

Coût « tout compris » : 1045 € par personne pour 20 jours (545 € hors avion).

 

_______________________________

 

Step by step :

 

  • Kochi :

Les + :

C’est un bon point de départ pour explorer le Kerala et accéder rapidement à de magnifiques backwaters.

Les – :

Le bruit, la circulation, la pollution… Pour vous donner une idée : il a fallu 1h15 à mon bus pour sortir de la ville.

Bon(s) plan(s) :

Un excellent point de chute pour passer une ou plusieurs nuit(s) : John’s Residency. Les prix sont raisonnables, l’emplacement est idéal pour rejoindre la gare routière et, surtout, le boss est adorable et vous donnera des tonnes de conseils.

 

  • Munnar :

Les + :

La sensation d’être au toit du monde entre les nuages, les plantations de thé et les cascades. Un endroit surréaliste.

Les – :

Se faire bouffer les chevilles par des sangsues lorsque le temps est à la pluie (sales bêtes va) !

Bon(s) plan(s) :

Optez pour un trekking d’au moins 5 heures pour être époustouflés.

 

 

  • Kalpetta :

Les + :

Explorez les cascades alentour, elles sont à tomber. Celle d’Iruppu m’a particulièrement impressionnée et vous pourrez notamment barboter dans le bassin qu’elle dessert.

Les – :

La ville présente peu d’intérêt.

Bon(s) plan(s) :

Gros gros coup de cœur pour l’hôtel d’Alakkal Residency. J’y ai été reçu comme une princesse (diners et petits déjeuners offerts) et ai même partagé un repas avec le proprio et son équipe. Allez-y de ma part, vous ne serez pas déçus.

 

  • Mysore :

Les + :

Le somptueux palais illuminé tous les dimanches soir.

Les – :

Dès 20 heures c’est quasiment le couvre-feu !

Bon(s) plan(s) :

Personnellement je me suis rendue à Mysore pour rendre visite à des étudiants français rencontrés à Kochi et Munnar. Sans cela, je n’aurais certainement pas fait le détour. Néanmoins, dans le cadre de ma mission d’ambassadrice pour l’association Travel With a Mission (TWAM – www.travelwith amission.org), j’ai pu rencontrer les élèves et professeurs du ST Philomenas College (qui a depuis rejoint l’association). Ainsi, si vous êtes dans les parages, je vous invite vivement à leur rendre visite en les contactant via TWAM au préalable pour échanger avec les étudiants sur un sujet qui vous touche (pour ma part, j’ai mené une brève conférence sur la France et discutant notamment de ce qui différencie mais surtout lie nos deux pays). Accueil chaleureux garanti !

 

  • Goa :

Les + :

Plage déserte (le hors saison ça a aussi du bon), palmiers, mangroves, poisson frais… Sur les 3 villes dans lesquelles j’ai séjourné (Palolem, Agonda et Calangute) il n’est pas nécessaire de passer une nuit à Agonda mais faites y un aller-retour, le site est magnifique dans les hauteurs avec une vue imprenable sur la mer.

Les – :

On s’attend à ce que Goa soit un peu festif… mauvaise pioche si vous y allez en été. De plus, les liaisons en bus sont assez chaotiques car il faut quasiment tout le temps passer par Panaji (prononcez « pas-nager ») la capitale de Goa.

Bon(s) plan(s) :

Restez sur la plage après le soleil couchant quand les pêcheurs vident leurs filets.

 

 

  • Jaïpur :

Les + :

La mousson y est plus clémente et la ville recèle des trésors d’histoire : water palace, Amber fort, Royal Gaitor Tumbas et tant d’autres…

Les – :

La vieille ville est très pauvre et il est difficile de ne pas être émue devant des enfants vous demandant un biscuit ou un stylo.

Bon(s) plan(s) :

Pour avoir un premier aperçu de Jaïpur (néanmoins non-suffisant), contactez Shabir Saif (+91 78 20 995 602 / shakirkaif2333@yahoo.fr) qui vous emmènera en rickshaw pour quelques heures et qui, détail non négligeable, parle très bien anglais.

 

 

  • Agra :

Les + :

Le Taj Mahal qui est juste…Whahou ! Olala ! Ça claque !

Les – :

Le pendant négatif des grands sites touristiques : au bout du 800ème « Rickshaw ? Guide ? Souvenir ? Photo ? » vous avez juste envie d’avoir la peste pour qu’on vous foute la paix.

Bon(s) plan(s) :

Les gros sacs et objets électroniques (sauf appareils photos et portables) sont interdits dans le Taj Mahal. Pensez-y avant ou laissez vos affaires au « locker room ».

 

_______________________________

 

Point perso : Pourquoi je ne suis pas restée aussi longtemps que prévu en Inde ?

Il y a plusieurs raisons à cela… Le fait que ce soit la mauvaise saison (j’y reviendrai durant une saison plus clémente), l’agression à Goa et des raisons personnelles et familiales m’obligeant à faire un aller-retour en France de 3 semaines. Next step : La Birmanie !!