Sourire

Le premier jour il vous surprend,

Vous n’y êtes plus habitué…

Il vous met peut-être même mal à l’aise,

Vous aviez oublié qu’il peut surgir partout et qu’il est naturel.

Il vous réchauffe l’âme et le cœur et sa spontanéité n’a d’égal que son rayonnement,

Il éclate à chaque coin de rue, dans les échoppes et sur les marchés.

Il jaillit de sous les palmiers, derrière les marmites fumantes,

Et au travers des voiles colorés qui couvrent leur tête.

Il rebondit de visage en visage et se donne entièrement.

Il se rit de la foi et de l’âge.

Il s’offre sans rien attendre en retour, gratuitement.

Il peut être timide ou curieux, mais il est toujours vrai.

Il n’est pas parfait,

Parfois tordu, parfois maladroit,

Mais il vous enlace de toute sa douceur et de sa bienveillance.

Il vous rend fort et résonne pendant des heures dans vos esprits hébétés.

Il vous rend meilleur et efface la noirceur des êtres,

Il est l’essence de ce que l’homme a de plus beau à offrir,

Fendant les visages des enfants et des villards d’un éclair de bonté et de joie.

Il est la paix et la lumière qui illumine les pupilles de ceux qui n’ont rien d’autre à donner.

Il vous apprend à lâcher prise et ne se méfie jamais,

A dire tant de choses sans prononcer un mot.

Il est pur et ne sait mentir,

Et vous apprendra même aussi à …

Sourire

 

 

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *