La Birmanie

Pagodes, Thanaka & Mingalarbar

.

 

 

La Birmanie c’est beau, c’est encore sauvage, mais ça se mérite !

66 heures de transfert en avion (on dira ce qu’on voudra mais les compagnies chinoises c’est pas toujours ça – à moins que ce ne soit toujours pas ça) et 69 heures de trajet en bus pour sillonner une humble partie du « Myanmar » sur environ trois semaines.

La Birmanie apprend à la fois le respect de sa nature sauvage et la patience. Mais par-dessus tout, la Birmanie vous apprendra à sourire.

 

  

carte-birmanie-png

 

Où et quand ?

 

Le mois de novembre marque le début de la haute saison mais en octobre, malgré quelques brèves averses quasi quotidiennes, il fait beau et bon vivre en Birmanie.

Les prix y sont encore très raisonnables (quoiqu’ils restent assez élevés pour un pays d’Asie) et l’on peut y faire de nombreux treks et visites loin des foules de touristes qui s’y ruent en fin d’année.

Je ne vais pas vous mentir, en octobre il fait chaud, parfois très chaud mais la mer est à environ 30 degrés, la brise de soirée est plus qu’agréable et vous reviendrez en France avec un bronzage à faire pâlir d’envie vos collègues.

 

_____

 

 

Combien ?

 

Les tarifs qui suivent correspondent à ceux de deux personnes voyageant ensemble car j’étais en Birmanie avec ma meilleure amie. Si vous voyagez seul(e) il vous faudra donc prévoir un budget plus conséquent, notamment en termes de transport en ville et d’hébergement.

.

  • Hébergement :

La Birmanie ce n’est pas donné et on y trouve peu de dortoirs malheureusement (excepté dans les grandes villes), d’autant plus avant le début de la haute saison. Pour cette raison, je vous recommande d’y voyager à deux ou plus où de vous faire des copains/copines de voyage sur place avec qui partager votre chambre.

Pour ma part, cela m’a couté environ 9 € la nuitée (soit 200 € pour 22 jours en tenant compte du fait que j’ai passé plusieurs nuits dans les transports et que nous voyagions à deux et partagions donc une chambre double dès que nous nous rendions dans un hôtel ou une guesthouse). Néanmoins, gardez à l’esprit que le prix des chambres reste souvent négociable.

THE astuce : voyager de nuit. Cela vous fera économiser de nombreuses nuits d’hôtel car lorsque vous vous pointez à la réception d’un hôtel dès 4 ou 5 heures du matin, la nuit ne vous est pas comptée dans 99% des cas et vous ne paierez que la suivante.

 

_____

 

  • Nourriture :

En Birmanie il va falloir vous faire à la « bouffe » locale car à quelques exceptions près (et ô combien onéreuses) vous serez bien souvent obligés de vous contenter de nouilles ou de riz fris et de plats très épicés (Dulcolax le soir, le matin relax »). Cela dit, sur les plages les plats de sea food sont succulents ! Le reste du temps, si les têtes, les pattes et les cous de poulets vous rebutent, contentez-vous de chips, nougats ou autres paquets à emporter sur les aires d’autoroute, histoire d’avoir assez de glucides pour tenir le coup.

 Pour 22 jours je m’en suis sortie avec un budget de 195 € tout compris, soit moins de 9 € par jour sans pour autant être adepte de la « bouffe de rue ».

 

_____

 

  • Transport :

 

Avion :

La Birmanie est un pays qui se traverse du nord au sud (ou inversement) et il sera donc plus pratique de ne pas opter pour le même aéroport d’arrivée et de départ. Je vous conseille fortement un Mandalay – Yangon (ou l’inverse). Pour cela, en réservant 2 à 3 mois à l’avance, comptez environ 700 € depuis Paris.

Pour ma part, après 69 heures de bus en à peine 2 semaines, j’ai accueilli avec des sauts de joie l’idée de pouvoir faire un vol interne (Dawei – Yangoon) mais les prix grimpent vite, très vite… En réservant une semaine en avance cela m’a coûté plus de 80 €, mais bon, j’ai économisé plus de 30 heures de bus…et mon dos m’en remercie encore.

 

Train :

Peu de trains circulent en Birmanie et la plupart des voies ferrées qui existent tracent un trajet du nord vers le sud (ou inversement). De plus, les trains sont souvent plus lents que les bus pour un prix quasi identique. C’est une des raisons qui m’ont fait opter pour le bus pour me déplacer, sans compter le fait qu’aucun train n’empruntait de voie directe pour me déposer où je le souhaitais.

 

Bus :

Je n’ai jamais autant « bouffé » de bus qu’en Birmanie ! Bus VIP avec clim et café, bus basic avec siège inclinable à 4 degrés, bus local avec sièges posés sur des rondins de bois et sur fond de paniers remplis de victuailles et de poules vivantes, « bus-camion », bus de ville aux 20 arrêts par kilomètre… Il y a autant de sortes de bus en Birmanie que de fromages en France ! C’en est infernal mais quand les nerfs prennent le dessus, ce sont juste les fous-rires qui s’accumulent. On apprend à dormir assis, recroquevillée sur un sac de 20 kilos de riz où au son des incessants clips birmans qui passent à un niveau de décibels à vous faire péter les tympans. On apprend aussi à faire des « pauses pipi » au beau milieu de l’autoroute, sur le bitume, le cul à l’air face aux camions qui passent… Ah c’est rustique la Birmanie !

Cela dit, dans les bus locaux, les prix ne sont pas si bas et vous devrez quoiqu’il en soit bien souvent réserver votre trajet depuis votre guesthouse qui, sans aucun doute, encaisse une bonne commission au passage. En revanche, les bus de ville pratiquent des tarifs très accessibles mais pour plus de 5 ou 6 heures cela peut rapidement devenir une torture.

  

Taxi :

En Birmanie, quasiment pas de Tuktuk ni de taxi-moto… Vous y trouverez presque exclusivement des taxis (sans compteurs bien sûr) avec qui il vous faudra négocier le prix de chaque trajet avant d’y monter. Là encore ce n’est pas donné mais la plupart des gares routières étant éloignées des guesthouse (certaines de plus de 15 kilomètres), il semble difficile de faire l’impasse.

Pour certaines visites vous devrez également avoir recours à des taxis ou parfois à de grands tuktuk à touristes… Mais les zones à voir sont souvent assez reculées des centres villes. Ne soyez pas méfiants, vous en aurez pour votre argent car après tout, une demie journée vous coutera moins de 6 € la plupart du temps.

 

.

_____

.

 Excursions et sites payants :

A quelques exceptions près, les sites qui valent le détour ne sont pas situés près des villes et vous devrez louer les services d’un taxi ou réserver une « excursion touristique » auprès de votre hôtel ou guesthouse.

Le coût demeure élevé pour l’Asie mais néanmoins accessible. Sans compter les allers et retours en taxi, cela m’a coûté 55 € (encore une fois pour 2 personnes). Néanmoins, si contrairement à moi, vous pouvez vous déplacer en scooter, cela peut largement valoir le coup même s’il vous faudra avoir un excellent sens de l’orientation et/ou vous arrêter à plusieurs reprises pour demander votre chemin. Ne soyez ni timides ni méfiants, les birmans toujours sont heureux de rencontrer des étrangers et certains se feront même un plaisir de vous guider avec leur propre scooter en refusant tout pourboire. 

 

 

_______________________________

 

 

Récapitulatif des frais pour 22 jours, par personne :

Avion A/R : 700 €

Hébergement : 200 €

Nourriture : 195 €

Visites payantes : 55 €

Transports : 215 € (dont 81 € de vol interne)

Taxes / Visa : 50 €

Frais bancaires : 20 €

Coût « tout compris » : 1435 € par personne pour 22 jours (735 € hors A/R depuis la France).

 

 

_______________________________

 

Step by step :

 

  • Mandalay :

Les + :

Le quartier des tailleurs de pierre, Mandalay Hill, assister au déjeuner des moines, le pont Ubain.

Les – :

Le bruit et la circulation, comme dans la plupart des grandes villes en Asie, quoique relativement moins stressants à Mandalay.

Bon(s) plan(s) :

Louez un scooter et se perdez-vous dans la campagne environnante où vous pourrez notamment vous promener dans les plantations de bananiers.

Un excellent point de chute : la Dreamland Guesthouse qui a notamment l’avantage d’avoir un très joli rooftop et qui est doté de dortoirs (chose rare en Birmanie). Pour les contacter c’est par ici : dreamland-guesthouse.com

 

  • Inle (lake) :

Les + :

La déconnexion totale. Un bateau qui semble vous emmener hors du monde réel. Vous y croiserez des pêcheurs et des fabriques artisanales improbables. La sensation d’être au toit du monde entre les nuages, les plantations de thé et les cascades. Un endroit surréaliste.

Les – :

Aucun si ce n’est une recommandation : louez un bateau avec peu de monde à bord, vous serez bien plus indépendants durant les différents stops. Si vous souhaitez louer un vélo pour longer une partie du lac, sachez qu’il vous faudra être assez endurant.

Bon(s) plan(s) :

Logez au Dreamland guesthouse. Ce n’est pas tout près du lac mais cette guesthouse est toute neuve, possède une piscine, offre des p’tits’ dej’ copieux et le propriétaire vous emmènera gratuitement (aller-retour) aux abords du lac. Lors de votre excursion en bateau n’hésitez pas à vous mêler aux birmans et à pénétrer dans les ruelles encombrées des marchés situés au nord du lac.

 

 

  • Bagan :

Les + :

Bagan est une ville hors du temps avec ses centaines de Pagodes ! vous pourrez également assister à un magnifique coucher de soleil en bateau.

Les – :

Le tarif d’accès au site est élevé (à peine moins de 20 €) et il vous sera impossible de faire un tour en montgolfière à moins de réserver plus de 10 jours en avance (pour la modique somme d’environ 300 $).

Malheureusement Bagan a été frappée par un important séisme moins de 2 mois avant mon arrivée et plusieurs pagodes sont en restauration.

Bon(s) plan(s) :

Beaucoup de touristes qui visitent Bagan le font en scooter. Pour ma part, j’ai loué les services d’une calèche durant une journée (bah oui, quand on sait pas faire de scooter, on se débrouille avec les moyens du bord) et je n’ai pas été déçue car les guides connaissent les plus beaux sites !

Ne vous fiez pas à l’agence de voyage « Oh la la », leurs informations sont souvent erronées.

Vous pouvez loger au Bagan Central Hotel (Kayay St, New Bagan, +95 9 257 136 019) qui est très bien situé et possède un adorable jardin arboré et des chambres très propres. Pour les joindre, c’est par ici : www.bagancentralhotel.com.

 

  

  • Ngapali :

Les + :

La plage sauvage et quasi désertique, le soleil, les palmiers, les succulents plats en bord de mer, le calme.

Les – :

20 heures de trajets en bus et camion pour y parvenir… Ngapali se mérite, et se savoure.

Bon(s) plan(s) :

Si vous poursuivez à pied vers le sud, vous atterrirez dans un village de pêcheurs (peu ragoutant) mais poursuivez jusqu’au Bouddha doré qui le surplombe, la vue sur la côte et les collines est imprenable et il n’est pas nécessaire d’être très sportif pour l’atteindre.

 .

 

  • Yangon :

Les + :

Les lacs et jardins luxuriants et ombragés, la 19th street et ses restaurants animés, l’immense et resplendissante Shewdagon Pagoda.

Les – :

Le prix élevé des hôtels (souvent dégradés), le bruit et la saleté.

Bon(s) plan(s) :

Visitez la Shwedagon Pagoda au crépuscule, elle brille de mille éclats lorsque le soleil se couche. Yangon possède deux principaux lacs. Le plus étendu est assez éloigné alors que le plus petit (qui ne l’est pas en réalité) est proche de la Shwedagon Pagoda, c’est le Kandawgyi Lake. Promenez-vous sur ses nombreux ponts et savourez sa quiétude au coucher de soleil.

 .

 

  • Hpa-An :

Les + :

La tranquillité de cette petite ville, les nombreuses collines et rizières environnantes qui offrent des paysages saisissants, les nombreuses grottes à visiter.

Les – :

Le manque d’animation de la ville et le manque d’information pour les voyageurs sur les sites alentours.

Bon(s) plan(s) :

A environ 45 minutes de la ville, allez vous baigner avec les birmans dans le « blue lagoon ». Pour le dénicher, rien de mieux que de demander aux locaux de vous guider.

Les hôtels vous proposeront sans doute un circuit pour visiter les différentes grottes. Bien qu’elles soient toutes intéressantes, celle appelée la « grotte aux chauves-souris » reste la plus impressionnante. Vous y accèderez par l’entrée principale et reviendrez à votre point de départ via une petite promenade en barque qui vous fera passer au milieu des roseaux et des collines verdoyantes ressemblant à celles du Vietnam.

Vous pourrez passer une nuit dans le monastère de Zwekabin d’où la vue est à couper le souffle, notamment au crépuscule et à l’aube. Pour cela il vous faudra débourser environ 3 euros et surtout être sportif pour emprunter un chemin de 3600 marches (oui oui, je les ai comptées) jusqu’au sommet de la colline où est juché le monastère. Je préfère également préciser que le réveil est à 4 heures du matin (oubliez toute possibilité de faire une grasse mat’). .

 

 

 

  • Moulmein :

Les + :

Un des plus grands Bouddha du monde (le Win Sein Taw Ya de 170 mètres de long) qui se visite comme un musée (à l’intérieur vous découvrirez de nombreuses statues et peintures retraçant la vie du Bouddha).

Les – :

La ville est sans intérêt et la promenade près du fleuve plutôt décevante.

Bon(s) plan(s) :

Il me semble inutile de séjourner à Moulmein, en revanche pour vous y rendre depuis Hpa-An vous pouvez faire le trajet en bateau durant 5 heures. Il n’y en avait malheureusement pas de disponibles lors de mon passage mais il parait que cela vaut le coup !

 .

 

  • Dawei  – Maungmagan Beach :

Les + :

Le calme (sans wifi), des couchers de soleils époustouflants, une plage immense et la plage cachée de Tezit.

Les – :

La ville de Dawei ne présente quasiment aucun intérêt et de plus, il vous faudra « faire avec », ou plutôt sans car il est à ce jour impossible de trouver du wifi que ce soit en ville ou en bord de mer (excepté au Coconut Guesthouse qui prévoit d’en faire profiter ses hôtes dès la fin 2016).

Bon(s) plan(s) :

Sans doute le plus gros coup de cœur « hôtelier » de mon voyage en Birmanie : Le Coconut Guesthouse ! Cette guesthouse située à 800 mètres de la plage est tenue par Zin Mar et Julien, un couple franco-birman et le personnel est d’une gentillesse inouïe. Vous pourrez vous y restaurer, y louer des scooters et faire le plein de conseils pour explorer la région. www.coconutguesthouse.com (Facebook : Coconut resort Maungmakan –  Adresse : Maungmakan Beach, Dawei).