Les Philippines

.

Archipels, fonds marins et tricycles

. 

 

 

Avant toute chose :

De nombreux voyageurs qui se rendent aux Philippines vont nager au sud de Cebu (Dumaguete) avec de majestueux requins-baleines, peut-être l’avez-vous-même déjà fait. Néanmoins, je tiens à préciser que, par la faute des centres de plongée et de snorkeling qui les nourrissent, ces animaux ont perdu leur nature sauvage, ils ne migrent plus et restent près des côtes. On m’a même dit qu’ils seraient retenus par des filets au large pour qu’ils ne s’éloignent pas de cette zone…

Si vous êtes dans la région, une excellente alternative consiste à plonger au milieu de bancs de milliers des sardines à MoalBoal, à Cébu. C’est magique !

 

________________

 

Autant vous le dire tout de suite, si 1) vous n’êtes pas patients, 2) avez le mal de mer et 3) ne voulez pas plonger, les Philippines n’est pas la destination idéale pour vous. En effet, la plupart des trajets se font en bateau et il vous faudra parfois attendre plus de 48 heures pour en « chopper » un. De plus, bien que le nord des Philippines (que je n’ai pas visité) soit réputé pour ses treks, il s’agit avant tout d’un archipel de 7107 îles qui représente un véritable trésor pour les plongeurs, même débutants et vous y trouverez certains des plus beaux sites au monde pour admirer la faune et la flore marines.

 

________________

 

Où et quand ?

 

La haute saison débute en hiver mais c’est là aussi que les prix sont les plus élevés. Les tarifs de certains hébergements passent du simple au double… Cela dit, célébrer les fêtes de fin d’année au soleil des Philippines, c’est une expérience mémorable !

Côté météo, il faut savoir que les Philippines sont souvent la cible d’ouragans et de typhons. Un conseil : consultez les prévisions avant de vous rendre dans telle ou telle région.

Les Philippines sont exclusivement constituées d’îles, ce qui implique la lenteur des transports maritimes. Dans certains cas vous pourrez prendre l’avion (des aéroports régionaux sont notamment implantés à Cebu, à Palawan et près de Boracay), néanmoins, réservez un brin à l’avance si vous ne voulez que cela ruine votre budget…

Pour ma part, je me suis rendue à Cebu, Boracay ainsi que sur l’île de Mindoro et celle de Palawan, en terminant par Manille en 39 jours.

 

 

Combien ?

 

Les Philippines n’est pas le pays le plus accessible financièrement mais les tarifs restent raisonnables. Néanmoins les vols depuis la France ne sont pas donnés. Il existe un énoooorme contraste entre les zones touristiques et les îles qui reçoivent peu de visiteurs. Pour vous donner une idée, on peut passer de 4 € la nuit à 18 € (pour un standing quasi identique). Pour ne pas traumatiser votre carte bleue, je ne peux que vous conseiller de 1) réservez vos hébergements à l’avance pour les régions touristiques (Boracay, El Nido…) et 2) d’organiser votre voyage en intégrant des lieux délaissés par les touristes et pourtant tout autant fabuleux (Mindoro, Moalboal à Cebu…).

 

  • Hébergement :

En voyageant durant les fêtes de fin d’année, je n’ai parfois pas eu d’autre choix que d’opter pour une chambre voire un lit en dortoir à plus 15 €, mais don’t worry : si vous ne voyagez pas durant cette période, il vous sera facile de trouver des hébergements (lit en dortoir ou chambre simple sommaire), les pieds dans l’eau, pour 10 € voir moins. Si vous vous faites des copains de voyage, une bonne astuce est de partager une chambre et, si vous êtes plus nombreux que le nombre de lits de ladite chambre, n’hésitez pas à demander un « extra bed ». Certes, ce ne sera pas de tout confort (j’ai eu droit à 5 serviettes de plages sur un plancher, et puis hop ! Débrouille-toi avec ça ma grande… ), mais pour 3 € la nuit, votre portefeuille vous remerciera.

En tout et pour tout, comptez une moyenne de 10 € par nuitée.

 

_____

 

  • Nourriture :

Si vous ne mangez pas de porc, ou si vous êtes végétariens, il vous faudra faire le tri dans les menus des plats locaux. Je n’ai jamais vu autant de porc à la carte qu’aux Philippines !

J’en oublierai presque les innombrables plats à base de poissons (si vous êtes pesco-végétariens, comme moi) ! Attention, pas le Croustibat de nos supermarchés, non, non, le poisson frais, qui frétille encore sur les étalages ! Ne passez pas à côté ! Pour l’accompagnement, vous aurez souvent droit à du riz mais j’ai également dégusté de succulents ragoûts (ne me demandez pas ce qu’il y avait dedans, je n’en ai aucune idée).

Dans les lieux touristiques vous trouverez également de nombreux plats de pâtes et pizzas mais je vous les déconseille, j’ai été très malade et le goût n’est pas au rendez-vous.

Pour votre budget « bouffe », comptez en moyenne 12 € par jour.

Aucun des hébergements où j’ai pu séjourner n’offrait le petit déjeuner, ainsi, dans la mesure du possible, essayez de faire quelques courses à la supérette du coin, ça vous permettra d’épargner quelques pesos.

 

_____

 

  • Transport :

Bus :

Alors qu’en Indonésie je n’avais pas mis les pieds dans un seul bus, les Philippines m’ont réservé un « retour » aux sources : bus et vans étaient à nouveau au rendez-vous. Un conseil : dès que le bus ou le van que vous devez prendre arrive en gare routière, foncez-y et installez-vous à la place la plus confortable (ou laisser un objet de peu de valeur sur le siège en question). Les derniers passagers à embarquer se retrouvent souvent les fesses sur des rondins de bois durant des heures (les miennes s’en lamentent encore).

Autre conseil concernant vos bagages, veillez à ce que les employés des compagnies de bus les embarquent dans le BON bus ! Je me suis retrouvée à fouiller 15 bus au fin fond de Cebu à 2 heures du matin et à 3 heures de route de ma destination initiale. La raison ? J’étais allée fumer avant d’embarquer à la gare routière et le chauffeur en a simplement déduit que j’étais montée dans un autre bus.

Dans la plupart des cas les bus et vans peuvent s’arrêter à la demande des passagers, ainsi, si vous passez proche de votre hébergement, demandez à descendre : inutile d’aller jusqu’au terminus et de prendre ensuite un taxi.

 

Bateau :

Aux Philippines ont sait… qu’on ne sait jamais. Parfois les bateaux partent, parfois ils ne partent pas : la météo est fourbe et la mer peut être démontée. Soyez patients et dites-vous qu’il vaut sans doute mieux patienter 1 jour ou de 2 que de passer 7 heures à vomir. La plupart des îles sont reliées entre elles par des ferrys, mais tous ne n’ont pas des départs quotidiens, renseignez-vous en amont.

Sachez également qu’il vous faudra ajouter les « taxes » portuaires au prix de votre trajet en bateau.

Autre astuce : avant d’embarquer, renseignez-vous toujours sur la présence de distributeurs de billets à votre destination… Toutes les îles n’en disposent pas.

 

Avion :

Alors oui, ça fait gagner du temps, mais Ce n’est pas donné. Renseignez-vous sur la régularité des vols et les aéroports locaux dans votre région.

Pour ma part j’ai notamment volé de Cebu à Kalibo en 1 heure, alors que le voyage en bus et bateau m’auraient pris plusieurs jours. Une économie de temps non négligeable.

 

Taxi :

Bien que les villes et les petites îles des Philippines se parcourent assez facilement à pieds, il vous faudra souvent recourir à des taxis lorsque vous vous rendrez dans des villes plus conséquentes. De plus, les ports et gares routières ne sont que rarement implantés en ville, et étant donné la chaleur étouffante, même pour un kilomètre, croyez-moi, votre taxi deviendra votre meilleur ami.

Une bonne astuce consiste à demander à des locaux le tarif pour tel ou tel trajet en amont. Sans cela vous paierez le « tarif touristes ». De plus, lorsque vous débarquez de bateau, de bus ou d’avion, demandez à vous joindre à d’autre voyageurs, voire mieux, à des locaux. Le prix sera ainsi divisé. Pour les petites villes, même si le taxi ne vous dépose pas au pied de votre hôtel, vous n’aurez plus beaucoup de distance à parcourir.

 

_____

 

  • Excursions et sites payants :

Treks, tours en bateau, tours combinés (cascades, snorkeling), visite des rizières… Aux Philippines vous trouverez de tout, particulièrement en haute saison et dans les sites touristiques. Pour ma part j’ai préféré dépenser mes petits sous en plongeant. Si vous êtes « touristophobes », je vous conseille de vous renseigner au préalable sur le nombre de personnes qui participent à ces tours (cela peut aller d’un petit groupe de 4 à près de 20 personnes) et surtout de vous rendre sur internet au préalable. J’ai rencontré plusieurs voyageurs déçus qui s’attendaient à atterrir au pied d’une cascade magnifique et qui ont finalement atterri dans la version « nature » d’une piscine municipale bondée. De plus sachez que les tarifs appliqués ne sont quasiment jamais négociables, surtout si vous voyagez seul. Renseignez-vous plutôt auprès des locaux pour dégoter des lieux authentiques, louez un scooter, roulez et suivez votre instinct.

 

 

_______________________________

 

Step by step :

 

  • Malapascua (Cebu) :

Les + :

Un site de plongée exceptionnel pour voir des requins-renards ! Certains mesurent plus de quatre mètres avec une longue queue noire ondulante et ne sont absolument pas dangereux.

Les – :

N’espérez pas festoyer, Malapascua c’est calme, très calme à partir de 21 heures.

Bon(s) plan(s) :

Ce n’est pas le centre de plongée le moins cher, mais c’est sans doute celui ayant le meilleur rapport qualité/prix : bookez votre plongée au Blue Water (www.malapascuabeachresort.cominfo@malapascuabeachresort.com – +63 914-624-3710) et demandez à plonger avec Brian, un philippin adorable.

Notez que pour apercevoir ces requins, il vous faudra déjà avoir votre « Open Water PADI » car la plongée s’effectue jusqu’à 30 mètres (et à 4h30 du matin ! Ça pique).

 

  • Moalboal (Cebu) :

Les + :

Ici aussi, un site de plongée et de snorkeling exceptionnel (au milieu de milliers de sardines), les cascades près de la ville.

Les – :

Le prix des restaurants : il est difficile de trouver des restaurants « locaux » si vous séjournez sur Panagsama Beach.

Bon(s) plan(s) :

Louez un scooter et roulez une quinzaine de kilomètres (en direction du sud) vers la cascade de Kawasan. Ses eaux forment des lagons turquoise d’une rare beauté et, si vous n’êtes pas trop frileux, vous pouvez parfaitement vous y baigner.

Séjournez chez Badu !! Sa Guesthouse se trouve sur la droite lorsque vous quittez MoalBoal pour Panagsama Beach. Vous y serez reçus comme des rois et vous aurez sans doute la chance de partager un repas avec elle (et Rachel). A moins de 15 minutes à pied de la plage et des restaurants et centres de plongée et pour 6 €… que demande le peuple ?

Plongez avec l’Ocean Safari Philippines ! L’équipe est géniale (oceansafariphilippines@hotmail.com).

 

  • Boracay :

Les + :

La fête, la plage splendide, les nombreuses activités nautiques proposées, un spot de kitesurf réputé.

Les – :

Si vous souhaitez vous évader loin des touristes, passez votre chemin.

Bon(s) plan(s) :

J’ai (non sans difficulté) pu dégoter la guesthouse la moins chère de l’île : il s’agit de « Da Mario », situé près de la Station 3.

Si vous souhaitez écouter un bon concert live : rendez-vous au Nigi Nigi.

 

  • Puerto Galera (Mindoro) :

Les + :

Un bon mix entre le local et le touristique, des barbecues de poissons à tomber à la renverse, de superbes panoramas le long de la route vallonnée qui mène à Puerto Galera.

Les – :

Une plage inexistante (oubliez tout rêve de bronzette), le prix élevé des hébergements, les nombreuses coupures d’électricité, le manque d’ambiance à la nuit tombée.

Bon(s) plan(s) :

Plongez au Tina’s Reef Divers (www.tinasreefdivers.com), l’équipe est géniale et à 20 € la plongée, c’est de loin le moins cher que j’ai pu trouver aux Philippines.

 

  • El Nido (Palawan) :

Les + :

La plage de Las Cabanas, la fête, les cascades et lagons aux alentours

Les – :

Un nombre de touristes impressionnant.

Bon(s) plan(s) :

Séjournez au « OMP », une excellente adresse, bien connue des voyageurs. L’équipe est formidable.

Vous voulez déjeuner ou dîner en terrasse, face à la mer et déguster un excellent repas ? Filez à la mezzanine ! J’y ai dégusté la meilleure pizza des Philippines et Adrien (oui, le patron est français) est super.

 

  • Puerto Princesa (Palawan) :

Les + :

L’underground river, la plage de Port Barton, l’effervescence de la ville. La zipline (tyrolienne) et la vue depuis Mitra Ranch (à 20 minutes du centre de Puerto Princesa).

Les – :

Puerto Princesa est davantage un point d’arrivée/de départ qu’une destination touristique. Les tarifs pour les excursions demeurent élevés pour les Philippines.

Bon(s) plan(s) :

Si vous devez passer une ou plusieurs nuits à Puerto Princessa, filez à Aniceto’s Pension (www.anicetospension.palawanshore.com) : à 15 minutes de marche de l’artère principale et au calme, cette guesthouse très accueillante offre un excellent rapport qualité/prix et dispose d’un adorable roof top (moins de 8 € la chambre simple).

 

  • Manille :

Les + :

La diversité des quartiers, les marchés locaux, la gentillesse des philippins.

Les – :

La pollution, le manque de nature.

Bon(s) plan(s) :

Si comme moi vous passez par Manille pour un transfert de vol, logez dans le quartier de Makati. Je vous conseille une super adresse (14 € par nuitée en dortoir) : Makati Junction Hostel. Cet Hostel date de 2015, le mobilier est design, la connexion excellente, la propreté irréprochable et vous disposerez même d’une salle pour visionner des dvd.

 

  • Anilao :

Les + :

Un remarquable site de plongée à « seulement » 5 heures de trajet de Manille (oui, oui, vous verrez, après avoir parcouru les Philippines, 5 heures ça vous paraîtra très court.

Les – :

Si vous ne plongez pas, inutile de vous rendre à Anilao.

Bon(s) plan(s) :

THE bonne adresse : Le Anilao Scuba Dive Center ASDC (allez-y de ma part) qui vous proposera de plonger pour un très bon prix et offre les hébergements les moins chers de la ville (chambre double + trois repas par jour : entre 25 et 30 €). Vous y rencontrerez la propriétaire, qui est adorable !

www.anilaoscubadivecenter.com

 

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *